Respecter l’alimentation biologique et hypotoxique
Maintenir une activité physique

 

L’exercice a un effet cumulatif et augmente le métabolisme, même après interruption de l’activité. Quand on diminue ses apports alimentaires, le corps dépense moins de calories, d’où l’importance accrue de faire de l’exercice… Le travail des muscles facilite la pénétration du glucose dans les cellules et son utilisation, tandis que les acides gras (lipides) sont utilisés pour fournir de l’énergie.

 

On se reportera au chapitre sur l’alimentation.

 

 

 

 

Voici quelques recommandations concernant l’alimentation pour perdre du poids intelligemment et durablement.

  • Diminuer les portions, notamment les matières grasses animales, les sucres rapides, les produits stimulants (chocolat, alcool).

En ce qui concerne les glucides, le taux de l’index glycémique

de la ration globale devra être le moins élevé possible: les glucides ayant un taux glycémique élevé sont les sucres rapides (les fruits secs, le miel, les sodas, les jus de fruits…), les produits raffinés comme les croissants, les brioches, les céréales industrielles du petit-déjeuner (frosties,flakes, krispies…), le riz blanc, le couscous, le pain à la farine blanche, les pommes de terre, les patates douces.

Manger des aliments protéinés avec des glucides à index glycémique bas stabilise la glycémie, diminue la faim et la tendance à stocker les graisses : par exemple du poisson avec du riz complet, du poulet avec des pâtes complètes, du tofu avec des légumes…

En ce qui concerne les lipides, diminuer la ration globale, les graisses saturées (viande rouge, crème, fromage), mais augmenter les acides gras oméga 3 : manger du poisson trois fois par semaine, assaisonner les crudités avec une cuillère de mélange d’huile de colza et d’olive, consommer des graines de lin moulues (ou trempées). En effet, les bons lipides aident à brûler les graisses ; les oméga 3 s’opposent aux effets néfastes de la résistance à l’insuline. Ils augmentent la production d’énergie et diminuent donc le risque de surpoids.

 

  • Faire trois repas principaux par jour et, éventuellement, une

ou deux collations de fruits (à IG bas) et amandes, en cas de « fringale ».

 

  • Essayer deux ou trois repas par semaine en monodiète (on

mange un seul aliment : pommes cuites ou riz complet ou quinoa…

à volonté) ou faire ponctuellement une journée de diète.

 

  • Éventuellement, pratiquer le régime dissocié pendant trois

semaines maximum :

– on peut consommer au même repas : légumes verts et glucides,

ou légumes verts et protéines, ou légumes verts et fruits ;

– on ne consommera pas en même temps : protéines avec glucides,

fruits/sucres avec glucides ou protéines.

 

Pour le drainage, on reviendra au paragraphe : « Comment utiliser des remèdes naturels pour rester en bonne santé : Nettoyer, drainer, stimuler les émonctoires ».

 

 

 

 

Certaines substances ont une action sur l’hypothalamus qui contrôle l’appétit et joue le rôle d’un régulateur de la masse grasse.

D’autres diminuent l’absorption des graisses dans l’intestin.

  • Griffonia simplicifolia est précurseur de la sérotonine qui

modère l’appétit.

  • Oligo-éléments et minéraux : zinc-nickel-cobalt et chrome

(sous forme d’oligoéléments) équilibrent l’axe hypothalamopancréatique

; le chrome stabilise la glycémie ; le magnésium aide à la production de la bile. On les trouve en Oligosol (Labcatal).

  • Konjac : aide la stabilisation de la glycémie, sensation de satiété.

  • Nopal (Opuntia ficus indica) favorise la réduction des graisses

alimentaires en les emprisonnant et les éliminant, provoque une sensation de satiété et favorise le transit intestinal.

  • Garcinia cambodgia (contient de l’acide hydroxycitrique qui diminue la transformation du sucre en graisse ainsi que l’appétit).

  • CLA (acide linoléique conjugué), dérivé de l’huile de carthame,

contribue à diminuer la masse grasse et à augmenter

le muscle.

  • Gymnema sylvestris diminue l’absorption des sucres, diminue

l’envie de sucré.

  • Cannelle aide à réguler et contrôler la glycémie, à la conversion

du glucose en énergie.

  • Vitamines : B (surtout B3, B6), et C.

  • Sève de bouleau en cure : diminution de l'appétit, de l'absorption des glucides, utilisation des graisses (action de l'acide chlorogénique, qu'on retrouve aussi dans le café). 

 

D'autres substances augmentent le métabolisme et la combustion des graisses.

  • la caféine, qui aurait aussi une action dans la prévention de maladies comme le diabète et la maladie d'Alzheimer

  • l'épigallocatéchine du thé vert, qui contribuerait à la prévention des maladies cardio-vasculaires

  • la capsaïcine du piment

  • la fucoxanthine du wakame (algue brune)

 

Elisabeth Lacombe Carraud. Santé et lutte contre le vieillissement. Diplôme de naturopathe à Toulouse

La technique de « la cohérence cardiaque » de gestion du stress

du Dr David O’Hare consiste à maîtriser le rythme cardiaque par

la respiration. L’effet principal est de calmer les émotions. L’objectif

est de parvenir à six cycles respiratoires par minute, par des

exercices durant trois fois trois minutes par jour… Cette méthode est simple et demande peu de temps. Mais il en existe d'autres qui font appel à la méditation (reiki, yoga....).

Utiliser des draineurs et des compléments alimentaires
Se donner les moyens de bien réagir aux agents stressants

Comment ne pas prendre de poids ou en perdre ?

 

 

Quelques compléments

 

© 2023 by Natural Remedies. Proudly created with Wix.com

  • b-facebook
  • Twitter Round
  • b-googleplus