Les antioxydants

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les antioxydants pourraient augmenter la longévité et retarder le vieillissement, bien qu’il y ait eu peu de travaux scientifiques quant à leur rôle bénéfique sur le vieillissement. Cependant, on a montré que des rats consommant des antioxydants ont un apprentissage amélioré et de meilleures performances de la mémoire. Ils protègent les mitochondries, c’est le cas, en particulier, du coenzyme Q10 et de l’acide alpha-lipoïque.

Le coenzyme Q10 chute avec le vieillissement, ce qui pourrait avoir un lien direct avec l’apparition de maladies et de conditions biologiques associées à l’âge. Il possède les propriétés antioxydantes et antifatigue de la vitamine E : augmentation du niveau d’énergie dans les mitochondries, renforcement du système immunitaire. Il diminue les douleurs de l’angine de poitrine et pourrait ralentir l’évolution de la maladie de Parkinson.

On le trouve dans de nombreux aliments animaux (sardine, viande, volaille) et végétaux (épinard, soja, oléagineux, algues, légumes secs).

L’acide alpha-lipoïque est produit par l’organisme. Il rehausse l’efficacité des autres antioxydants, ce qui lui vaut l’appellation

d’« antioxydant universel », il est essentiel après 40 ans. Il pallie temporairement le manque de vitamines E et C. Il pénètre la barrière hémato-encéphalique. Il protège contre le stress nitrosant.

Les enzymes superoxyde dismutase (SOD) et glutathion peroxydase fabriquées à l’aide des antioxydants neutralisent les radicaux

libres et ont un effet positif sur la longévité et le vieillissement :

la glutathion peroxydase (tripeptide composé de trois acides aminés : glutamate, cystéine, glycine ; sa structure comporte du

sélénium) a un rôle dans la prévention des maladies (protection des cellules, augmentation du système immunitaire, neutralisation des « agresseurs » de la cellule) et la détoxification (élimination des métaux lourds et des toxiques des médicaments). Elle est anti-inflammatoire (utile dans l’arthrite et les allergies). Elle est générée par le foie à partir de cystéine, d’acide glutamique et de glycine ; sa concentration diminue avec l’âge. Les centenaires et les personnes âgées en bonne santé ont des taux de glutathion supérieurs à la moyenne. Par contre, les niveaux sont faibles dans les maladies d’Alzheimer, de Parkinson, la cataracte, la dégénérescence maculaire, le diabète, l’artériosclérose…

Compléments : cystéine, N-acétylcystéine (précurseurs du glutathion), méthionine.

Alimentation : fruits et légumes, particulièrement brocoli et pastèque, protéines de petit-lait.

la SOD contient du cuivre, du zinc ou du manganèse (selon le type de SOD). Cette enzyme a une action sur la peau : elle revitalise les cellules, diminue leur taux de mortalité. Elle améliore l’état des malades souffrant d’Alzheimer.

Alimentation : brocoli, chou, herbe d’orge et de blé, blé germé, pollen, chou rouge, melon, citron.

L’estomac détruisant la SOD, les compléments ne sont efficaces que sous une forme gastrorésistante.

la catalase* est activée par le fer, elle catalyse la réaction du peroxyde d’hydrogène toxique en oxygène et en eau.

L’augmentation ou la diminution de ces activités enzymatiques, par des expériences effectuées séparément, enzyme par enzyme,

ne provoquent aucun effet sur la longévité ; par contre si on modifie l’activité de plusieurs enzymes (sur la drosophile (mouche) transgénique), on observe un effet positif sur la longévité et sur certains facteurs du vieillissement, dont l’activité.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Omnium (Solgar) 2 comprimés par jour

Multi-vitamines et multi-minéraux, riche en phyto-nutriments

  • L'âge d'or (Nature's plus)  1 comprimé par jour

40 nutriments, 11 vitamines, 9 minéraux

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Oemine Krill NKO (Phytobiolab) 2 capsules par jour. Pure huile de krill

  • Complexe resvératrol libération prolongée (Nature’s Plus) 1 à 2 comprimés par jour

Renouée du Japon, extrait de feuilles de thé vert, pépins de raisin, concentré de vin rouge, curcuma

  • Grenade libération prolongée (Nature's plus) 1 comprimé par jour

  • Ubiquibiol (Biophytarom) 1 à 2 capsules par jour

Coenzyme Q10 naturel sous forme réduite (ubiquinol)

  • Bioactive Q10 Uniquinol 100 mg (Pharma Nord) 1 capsule par jour

Huile de noix de coco

  • Proselem (Laboratoire Vita-Api) 2 à 4 gélules par jour

Spiruline phénotypée : sélénométhionine, vitamine E, Super oxyde dismutase, acides aminés, caroténoïdes, phycocyanine (pigment bleu)

  • Coenzyme Q10 (Diet Horizon) 1 à 2 capsules par jour

  • Total nutriments (Diet Horizon) 

Complexe antioxydant multivitaminé, multiminéral, extraits végétaux.

  • Oxynergie 5000 (Fenioux) 4 gélules par jour 

Extrait de 11 fruits et 11 légumes + coenzyme Q10

  • Algozym (Synphonat) 1 comprimé par jour

Prévention générale et amélioration du vieillissement

 

Au Japon, les anciennes générations consommaient la racine de renouée du Japon sous forme de thé d’Itadori (9,74 mg de resvératrol par litre).

 
 
 
 
 
 
 
Il faudra d’abord veiller à la qualité des compléments.

 

  • Ceux-ci seront pris sous leur forme naturelle, qui offre l’avantage, outre une concentration plus forte, d’apporter en même temps d’autres éléments qui en accroissent l’efficacité et d’être plus tolérants pour l’organisme et sans nocivité.

Exemples :

– la vitamine C naturelle contient aussi des bioflavonoïdes (le dosage optimal est de 100 mg de bioflavonoïdes pour 500 mg de vitamine C) ;

– la vitamine E naturelle comprend des tocophérols de type alpha, bêta, gamma et delta, ainsi que tes tocotriénols, ce qui la rend plus absorbable et plus efficace.

Une vitamine E de synthèse n'est assimilable qu'à 50 % tandis que cette vitamine en version naturelle est assimilable à 100 %.

Gardons à l'esprit que les vitamines de synthèse peuvent provoquer une fatigue du foie, il faut être d'autant plus vigilant sur leur dosage.

http://www.additifs-alimentaires.net/article-nature-vs-synthese.php

 

  • Les minéraux sont assimilables par l’organisme sous une forme chélatée, c’est-à-dire lorsqu’ils sont liés avec des transporteurs.

Les chélateurs les plus efficaces pour pénétrer dans les cellules sont des acides aminés, par exemple l’acide aspartique (aspartate) ; ils ont alors une assimilation trois à dix fois supérieure à la forme simple, non chélatée.

  • Les compléments à libération progressive (exemple : vitamine C retard) ont une efficacité maximale et une excrétion minimale. De plus, ils stabilisent les taux de glycémie jour et nuit.

  • Les compléments sont conditionnés avec des liants, des diluants, des agents de remplissage46 : phosphate dicalcique (c’est aussi une source de calcium et de phosphore), cellulose, éthylcellulose, lécithine, sorbitol, acacia (qui peut être allergène pour les asthmatiques, les femmes enceintes), stéarate de calcium, de magnésium, silice, gomme arabique, algine, alginate, etc. Ils peuvent contenir des saveurs et des édulcorants naturels : fructose, sorbitol, maltose, dextrine de malt.

Il est recommandé de ne pas consommer les produits contenant des édulcorants de synthèse comme l’aspartame ou la saccharine.

  • D'autres conditionnements existent depuis peu : granules, solutions en doses. Ils conviennent mieux à la micronutrition, comme les microlisats (Synphonat), ou pour des préparations de plantes comme les "doses bio" (D.Plantes). 

 

  • On prendra soin de les conserver dans un endroit frais et sombre, à l’abri de la lumière. Quand le contenant est ouvert, la durée de conservation est en général de six mois.

 

Les modalités de prise et d’élimination

Il convient de les prendre à intervalles réguliers, pendant ou en fin de repas (pour une meilleure absorption), sauf indication contraire. L’organisme élimine les substances en moins de 4 heures pour les vitamines hydrosolubles (B et C), jusqu’à 24 heures pour les vitamines liposolubles (A et D).

Il ne faut pas absorber de fer ni de cuivre à fortes doses (ils sont alors pro-oxydants) en même temps que les antioxydants.

Cependant le cuivre à état de trace est nécessaire à la céruloplasmine, enzyme qui active la vitamine C. Il agit sur les infections.

 

On pourra faire des cures de trois à six semaines deux fois par an, si l’alimentation est conforme aux principes naturopathiques, l’environnement peu pollué et si l’on adopte une bonne hygiène de vie. Dans des périodes de stress, en cas de pathologies, on pourra prendre des antioxydants de manière plus fréquente, en

changeant de substances, pour éviter l’accoutumance, et en respectant des pauses.

En effet, entre deux cures d’antioxydants, il est nécessaire de pratiquer une détoxination ou détoxification de l’organisme, car le foie risque d’être en surcharge.

D’une manière générale, il convient de tenir compte des contre-indications notées sur l’étiquette. Il est presque toujours signalé une contre-indication pour les femmes enceintes et allaitantes et souvent pour les enfants de moins de 12 ans.

Les naturopathes recommandent aussi de tenir compte des rythmes biologiques et, donc, des saisons.

 

En résumé :

  • la cure de détoxification se fera plutôt au printemps, avec des prises de plantes le soir ;

  • on reminéralisera également au printemps, après la période hivernale et avant l’hiver, avec des oligoéléments (le matin) ;

  • on prendra des probiotiques à la fin de l’automne et, si le praticien de santé le conseille, à chaque changement de saison ;

  • les antioxydants et les acides gras essentiels auront toute leur place l’été.

L’action des antioxydants est synergique.

Il faut associer vitamines, caroténoïdes (lycopène, lutéine, zéaxanthine) et polyphénols (catéchine du thé vert, resvératrol et anthocyanidine de la myrtille et du raisin, proanthocyanidine de la cannelle, gingérol du gingembre…).

 

Le Dr Earl Mindell (originaire du Canada –  https://www.facebook.com/drmindell/

recommande un produit complet anti-vieillissement contenant, outre un cocktail de minéraux chélatés et de vitamines naturelles, une formule antioxydante composée de :

  • un mélange de caroténoïdes naturels (contenant bêta-carotène, lycopène, lutéine…) ;

  • de l’acide alpha-lipoïque, du glutathion ;

  • des acides aminés : carnosine, N-acétylcystéine ;

  • des bioflavonoïdes : extrait de feuilles de thé vert (catéchines, polyphénols), agrumes, extrait de pelure de raisin (resvératrol), quercétine de rutine, pépins de raisin (le pycnogénol contient 60 % de proanthocyanidine), myrtilles (anthocyanosides) ;

  • du curcuma ;

  • de la vitamine C, vitamine E complexe (tocophérols et tocotriénols), du sélénium ;

  • du Ginkgo biloba, du coenzyme Q10, des isoflavones de soja.

Ils sont sans danger, à condition de prendre certaines précautions quant au dosage et en tenant compte de l’état physiologique de la personne. Il semble de bon sens qu'on ne peut prendre tous les compléments en même temps : tenir compte des saisons et de l'état général ainsi que des besoins ponctuels.

 

Elisabeth Lacombe Carraud. Santé et anti-vieillissement. Diplôme de naturopathe à Toulouse

Comment faire sa cure d’antioxydants et de compléments ? Quelles précautions prendre ?
Quelques compléments antioxydants 
Quelques compléments antioxydants 
naturels

© 2023 by Natural Remedies. Proudly created with Wix.com

  • b-facebook
  • Twitter Round
  • b-googleplus