En savoir plus sur le vieillissement des os, des muscles, des cartilages, des ligaments et des tendons 

 

  • Il se produit une atteinte des cartilages des articulations. Les conséquences de l’usure apparaissent tôt, surtout s’ils sont soumis

à des traumatismes.

Dans l’arthrose (rhumatisme non inflammatoire), le cartilage est aminci, parfois détruit ; on observe des excroissances cartilagineusesqui s’ossifient (ostéophytes), une sclérose et une calcification des ligaments et de la synoviale. 27 % des plus de 75 ans souffrent d’arthrose des articulations.

  • En ce qui concerne les os : il s’installe un déséquilibre entre la formation de l’os par les ostéoblastes qui vieillissent et la destruction de l’os par les ostéoclastes. Il s’ensuit une déminéralisation qui fragilise l’os. La femme en est plus atteinte que l’homme, à partir de la ménopause, avec une évolution possible vers l’ostéoporose : diminution de la densité osseuse qui augmente le risque de fracture. Celle-ci est due à la réduction de l’activité ostéoblastique à cause du manque d’oestrogènes (qui avaient un effet stimulant, surtout au niveau des vertèbres, sur la fabrication de l’os) et à l’hyperparathyroïdie, secondaire à une insuffisance en vitamine D et calcium.

  • Tendons et ligaments ont une structure moins élastique, fragilisée, en raison de la diminution de l’élastine et du collagène. Le soufre organique est nécessaire à la santé de la peau, des cartilages, des tissus conjonctifs, des ligaments et des tendons. Les muscles s’atrophient. La baisse de la force musculaire s’accentue à partir de 60 ans ; elle est de 30 à 40 % entre 70 et 80 ans.

Le nombre de fibres musculaires diminue, elles ne sont pas remplacées, sinon par de la graisse… Le fonctionnement des mitochondries qui fournissent l’énergie s’altère.

  •  Les troubles de l’équilibre sont provoqués par le vieillissement :

– de l’oreille interne qui contrôle l’équilibre ;

– du cervelet qui coordonne les mouvements ;

– des muscles et des articulations ;

– de la vision.

L’affaiblissement musculaire et les troubles de l’équilibre favorisent les chutes accidentelles qui provoquent 9 500 décès par an. Les chutes

peuvent avoir aussi une origine médicamenteuse : antihypertenseur, psychotrope, somnifère, analgésique, antidiabétique, antiparkinsonien.

 

Elisabeth Lacombe Carraud. Santé et anti-vieillissement. Diplôme de naturopathe à Toulouse